Championne de France 2014 Cadette et Junior de géant parallèle – Vice-championne de France Senior Femme de géant parallèle

Boardercross Circuit Europe : Vainqueur de la FIS Europe de Isola 2000 du 12/01/14 – 2 et 3e à Isola le 11/01/14 et à Puy st Vincent du 19/01/14Championne de France 2015 Cadette et Junior de géant parallèle – Vice-championne de France Senior Femme de géant parallèle – Championne de France 2015 Cadette, Vice-Junior, et 4e Adulte de Snowboardcross – Médaillé d’Or en Équipe au Festival Olympique de la jeunesse Européenne 2015 – 1re Cadette et 16e au général des Championnats du Monde Junior 2015 en Chine – 2e à la Coupe d’Europe à LENK – 3e à la Coupe d’Europe à Isola 2000 – 1re et 2e aux FIS Europe à Moena – 1re et 2e aux FIS Europe à Cervinia – 7e au général et 1re Cadette au classement final des Coupe d’Europe 2015 – Equipe de France Vice-championne du monde par équipe 2017 Médaille d’or Jeux Olympiques de la Jeunesse 2016 Championne du monde par Equipe Junior 2016 Médaille de bronze Championnat du monde individuel 2016

1/ A ton avis quelle place joue le mental dans la performance ?

Je pense que cela joue un grand rôle dans la performance.

Des fois la tête ne suit pas, le corps est bien mais si la tête ne suit pas c’est compliqué.

2/ As tu travaillé tu avec un préparateur mental au cours de ta carrière?

Oui

3/ En quoi consiste la préparation mentale en snowboard et comment la travaillais tu au quotidien ?

Ça dépend, mon préparateur mental m’a beaucoup aidé à ne pas appréhender mon retour sur la neige après de grosses blessures (Manon à eu trois cervicales fracturées juste avant les JO 2018 ce qui l’a empêché de participer aux Jeux). Il m’a vraiment aidé à ne pas avoir peur.

C’était de la sophrologie et de la visualisation à fond. Quand j’ai repris, c’était comme s’il ne s’était rien passé, ça m’a beaucoup aidé.

4/ Qu’est ce que cela t’a apporté dans ta pratique du snowboard de haut niveau ?

J’ai vu une différence sur mes performances, après ce n’est pas une science exacte mais c’est sûr que ça m’a aidé pour mon retour sur la neige, et également pour la gestion de la fatigue.

5/ A quel moment de la carrière est il plus important de travailler le mental ?

Pour moi la préparation mentale doit se travailler toute l’année

C’est quelque chose à mettre en place bien avant les descentes. Au niveau du rythme ça dépend ça m’est arrivé de le solliciter plusieurs fois par semaine et puis après ne pas le solliciter pendant deux mois.

6/ Quelles sont les principales difficultés auxquelles doit faire face un snowboarder de haut niveau ?

La principale difficulté est la fatigue qui joue énormément, des fois on peut être super fatigué, des fois on a envie de pas grand-chose. Alors on doit réfléchir vraiment à ce qu’on veut pour trouver la motivation.

7/ Cela t’arrive-t-il de te remettre en question, si oui de quelle manière ?

Oui. Le sport de haut niveau c’est une remise en question permanente.

Je me remets en question après chaque descente, après chaque entraînement.

Les questions que je me pose c’est « Pourquoi je fais ça ? Comment j’ai envie d’y arriver ? Qu’est-ce que j’ai envie d’en faire ? ».

8/ Quelles sont tes sources de motivation lorsque cela va un peu moins bien ?

La famille d’abord. Ensuite je pense aux belles choses que je vis à travers le sport, les voyages et les belles rencontres que j’ai pu faire.